Association un
Solidarité - Autonomie

Categories

Accueil > Au Sénégal > Réalisations au Sénégal > 2012

30 novembre 2014
Association un

2012

Fabrication d’une brouette
A ce jour, on ne trouve au Sénégal que des brouettes métalliques. Celle-ci se détériorent très vite par la rouille et/ou surcharges car inadaptées à l’usage que peuvent en avoir les femmes.

En arrivant à Ziguinchor en janvier 2012, le responsable de l’association un a fabriqué une brouette en bois, selon ses souvenirs et un dessin trouvé sur internet auquel il manquait des éléments de montage.
Souhaitant la faire copier par les menuisiers casamançais, il l’emporte en démonstration sur tous ses déplacements en brousse, les villageois des régions de Ziguinchor et Sédhiou étant une clientèle potentielle pour les menuisiers souhaitant se lancer dans cette nouvelle expérience. Une trentaine de menuisiers ont bénéficié des plans à leur demande.

L’objectif de ce projet, hors fournir du travail aux menuisiers, est de soulager le travail des femmes qui portent sur la tête de lourdes charges, générant des problèmes articulaires et vertébraux notoires.
Réparable en brousse par n’importe quel menuisier, résistante, elle ne rouille pas. Adaptée à l’usage local avec ses montants latéraux démontables, elle permet aussi de transporter du vrac, outre le transport entre autres de 4 bidons de 20 litres ou du bois.

Pour 2013, Jean-Paul Glotin envisage d’en fabriquer une autre, avec des planches standard de bois blanc d’importation, plus facile à travailler sans machine à bois, que le bois local extrêmement dur.

Production du sel par évaporation naturelle
Traditionnellement, le sel est fabriqué en réalisant une saumure avec la terre salée, lavée et filtrée. Cette saumure chauffée au feu de bois mobilise une personne à plein temps, pour entretenir le feu, souvent 24h sur 24.

La sensibilisation de 2012, à une autre méthode de production sur bâche, par évaporation naturelle soleil et vent, a donné d’excellents résultats.
Allégeant le travail des femmes tout en limitant la déforestation et l’émission de CO2, cette nouvelle méthode permet une production plus rentable et plus longue sur l’année.
Sur certaines zones rurales, les villageoises ayant testé la nouvelle méthode en 2012 produisant jusqu’à 20 sacs en 1 mois, contre 3 à 4 sacs. Sur 1 seule bâche, la production peut encore être optimisée.
Près de 100 bâches ont été posées à ce jour.

Production agricole en respectant la nature
Au cours de cette mission 2012, Jean-Paul Glotin a mené aussi une campagne d’information pour l’optimisation des productions agricoles.
Utilisant des vidéos sur la permaculture, une quinzaine de villages, soit plus de 300 personnes, ont bénéficié des projections, support de sensibilisation/formation.
Dans un village nous sommes passés à la réalisation de plate-bandes pour la permaculture.

Mise en place de haies vives
Après la réalisation à Ziguinchor d’une haie vive composée de bougainvilliers, de citronniers et d’un arbuste très feuillu que les chèvres ne mangent pas, nous allons pouvoir la présenter et en reprendre l’idée pour planter des haies vives en brousse pour clôturer les champs.

Cette mission 2012 nous a permis de visiter et échanger avec plus de 50 villages sur la région de Ziguinchor, et dans la région de Sédhiou avec les villages de l’arrondissement de Bona, devenu partenaire de un par signature de convention partenariale en 2011.

Les membres de l’association un ont accueilli leur partenaire de Bona, le président de l’ADESCAB, en France à Saint-Nazaire début octobre. Ils lui ont fait rencontrer l’association Univers-sel, les membres de l’association un en réunion et visiter la région. Il a transmis les remerciements de la population de l’arrondissement de Bona pour le travail réalisé par et grâce à l’association un.

Santé
L’ONG Africare en fin de contrat santé, est en voie de reconduction des activités et nomination de ses nouvelles équipes. La secrétaire de l’association un décide d’orienter ses activités santé en pédiatrie à l’hôpital Silence. Proposant son projet au Directeur général de l’hôpital, il l’oriente vers le Major pédiatre qui accepte. C’est ainsi qu’elle y a assuré les consultations journalières en pédiatrie sous l’autorité du Major, en collaboration avec des infirmiers confirmés et stagiaires.
Avec l’autorisation du Major, elle a conseillé les parents en terme nutritionnel et médecines traditionnelles, s’appuyant sur des guérisseurs tradipraticiens formés. Elle a aussi organisé et animé une sensibilisation nutritionnelle auprès des jeunes mamans.

Le nouveau responsable de pédiatrie, spécialisé sida/hospitalisation adultes, nommé en mai 2012, lui a demandé de travailler avec lui aussi en soins ambulatoires (massages, magnétisation, relaxation) en 2013. Elle a réussi à obtenir une promesse de rendez-vous pour 2013 avec des tradipraticiens labellisés.

Jean-Paul, en revenant de brousse, un âne se jette sur la voiture ; il a eu peur d’un véhicule venant en face. La tête de l’âne finit sur le capot. Le phare, l’aile gauche et le pare choc sont bien abîmés. Le phare est recollé en attendant son remplacement l’an prochain. L’aile est redressée et le pare-choc recousu avec du fil d’acier. Le capot est plus atteint, il faut opérer. Décortiqué et remodelé pour être remis en place avant d’aller chez le peintre.

public|spip|ecrire:titre_documents_joints